NEWMAN Kim

Le jugement des larmes

 

 

L’écrivain américain, Kim Newman nous offre un  nouveau volet de sa série vampirique commencée avec Anno  Dracula suivit  par  Le baron rouge sang.

Ce troisième tome annonce le mariage de Dracula, il est divisé en trois parties qui comprennent chacune un évènement  qui bouleverse le suivant.

Les personnages déjà présents dans les deux tomes précédents vont se retrouver dans la capitale italienne et vont être malgré eux les pièces d’un jeu résultant de différentes conspirations.

 La ville de Rome va être le théâtre d’évènements extraordinaires. Seul Charles Beauregard, l’agent secret de « sa majesté » a subi le poids des années, il fête ses 105 ans et trois vampires Kate, Pénélope et Geneviève, qui ont chacune leurs raisons, vont tenter de le convaincre de les rejoindre dans le monde des ténèbres. Mais tous les vampires sont surtout présents pour assister au mariage du plus important d’entre eux, Dracula au Palazzo Otranto. Cet  « heureux évènement » est cependant    occulté par l’assassinat d’anciens et puissants vampires.

Le meurtrier extrêmement fort et violent serait un  humain appelé, le Bourreau Écarlate. De là découlent de nombreuses interrogations sur l’identité d’une telle  personne.

A cela s’ajoute un être mythologique, la mère des larmes : Mater Lachrymarum liée à l’histoire de la ville italienne. Ce personnage ainsi que le dénouement de cette histoire donne tout son sens au titre...

L’auteur continue ses clins d’œils aux différents personnages de la littérature et de l’histoire et nous  retrouvons un James Bond vampirisé et des citations  telles que  « on ne vit que deux fois » ou « bons baisers de Moldavie » et un Orson Welles prestidigitateur. Cela reste très agréable de trouver des repères de personnes connues transformées dans ces pages en buveurs de sangs.

Il est assez difficile de présenter ce roman sans  risquer d’altérer ce qui fait tout son charme, les rebondissements.

L'auteur signe ici la fin de sa trilogie.

VD

 

 

-Kim NEWMAN, Le jugement des larmes, J’ai lu, 2000, 315 p.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×