PIKE Christopher

La vampire

La soif du mal

En créant un personnage vampire âgé de 5 000 ans, Christopher Pike annoncé déjà une tendance qui se définit au fur et à mesure des lectures des différents tomes de cette série, l’exagération.

Alisa a donné naissance à un monstre qui semble être l’incarnation d’une déesse indienne maléfique nommée, Kalika, la Mère Noire.

Alisa qui était pourvu de pouvoirs extraordinaire revient de son « expérience humaine » avec encore plus de force (est-ce possible ?)…  car elle a utilisé le sang de Yagsha, son créateur pour se retransformer. Elle a compris qu’elle devait empêcher sa fille de retrouver l’enfant qui semble être une réincarnation de Krishna.

Tous comme les tomes précédents, l’histoire recèle de nombreuses références religieuses. Un manuscrit aussi vieux qu’Alisa a été retrouvé grâce à des rêves qui ont guidés le Dr Seter. Il a fondé un groupe qui étudie les hiéroglyphes écris de la main de Suzama, prêtresse d’Isis de l’Egypte ancienne. Cette dernière est connue de notre vampire qui l’a rencontré au début de sa vie de prédatrice. A cette époque Sita (Alisa) était très jeune et cela explique sans doute les évènements qui se produisirent. Elle ne comprit pas le pouvoir de divination de Suzama et l’exactitude de ses prédictions. Ce manque d’expérience lui démontra aussi les faiblesses de ses pouvoirs car elle défia un être étrange, prêtre du dieu Seth dont la magie lui prouva qu’elle n’était  pas la seule à bénéficier de capacités supérieures.

Comprenant maintenant que Suzama a de bonnes raisons de mettre en garde ses lecteurs contre Kalika, Alisa propose au Dr Seter et à son fil, son aide pour arrêter la folie meurtrière de sa fille.

Elle est aussi accompagnée de Seymour ressuscité grâce au sang de l’enfant qu’ils ont protégé.

Alisa retrouve facilement Kalika qui se fait  quant à elle un plaisir de déjouer les plans d’attaque de la « Suzama society » en éliminant toutes les personnes venues pour la faire disparaitre. Notre héroïne se rend compte des pouvoirs immenses dont bénéficie sa fille et un cruel dilemme lui pose souci, son enfant ou celui qu’elle doit protéger. Sa décision surprenante est de s’opposer à sa fille malgré son amour filial légitime. Très vite elle remarque que certains faits ne coïncident pas avec l esprit sombre de Kalika.

Peut être n’a-t-elle finalement pas compris toutes les données du problème et l’interprétation des actes de sa fille est peut être influencée dans une mauvaise direction.

Les dernières pages de ce livre recèlent de nombreux rebondissements qui ont le mérite d’apporte un intérêt à cette histoire.

 

VD

-Christopher PIKE, La vampire, la soif du mal, fleuve Noir, 2000, 220p.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×